Page:NRF 7.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 73

ANNE VERCORS. — Et maintenant, pauvre maman, j'ai autre chose à te dire, la vieille ! Je

LA MERE. — Tu pars ? tu pars, vieil homme ? Qu'est-ce que tu dis là ?

ANNE VERCORS. — C'est pourquoi il faut que Jacques épouse Violaine sans tarder et qu'il soit l'homme ici à ma place.

LA MERE. — Seigneur ! tu pars ? c'est pour de bon ? Et où c'est que tu vas ?

ANNE VERCORS, montrant vaguement le midi. Là-bas.

LA MÈRE. — A Château }

ANNE VERCORS. — Plus loin que Château.

LA MÈRE, baissant la voix. — A Bourges, chez l'autre Roi }

ANNE VERCORS. — Chez le Roi des Rois, à Jérusalem.

LA MÈRE. — Seigneur !

(Elle s assied)

C'est-il que la France n'est plus assez bonne pour toi }

ANNE VERCORS. — 11 y a trop de peine en France.

�� �