Page:NRF 7.djvu/802

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


796

��JULIETTE LA JOLIE

// chante une jeune fille.... Dans les amours de sa jeunesse. (Mistral: Mireille.)

PREMIÈRE PARTIE I

Comme Juliette aujourd'hui n'était pas allée travailler, sa mère lui dit :

— Tu arrangeras bien la table toute seule, au moins ? Ça ne te fatiguera pas trop, je pense. Moi je vais redes- cendre au lavoir des moulins finir de savonner mon linge; je reviendrai l'étendre dans le jardin. Par cette chaleur il sera vite sec.

Juliette en via sa mère qui, toute une après-midi brûlante, allait pouvoir tremper ses bras dans l'eau jusqu'au coude. Elle pensa lui dire :

— Attends-moi seulement une minute. Je vais avec toi ; papa s'arrangera bien tout seul.

Elle aurait pris un grand chapeau de paille qu'elle mettait de temps en temps pour aller au jardin sous le soleil. Souvent, autrefois, elle avait joué près de cette eau des moulins, fraîche, pure, avec des tourbillons d'écume qui la couvrent d'une mousse légère. Mais elle aurait eu honte d'aller au lavoir maintenant qu'elle était grande, puisqu'elle

�� �