Page:NRF 7.djvu/896

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


890 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ou plutôt, ne suis-je pas la lampe

Qui se balance

Devant une douce Marie

Et qu^ alimente goutte a goutte

La foi humble de cent cabanes.

Ou celle-ci, voilée, qui, à ton côté Te montre

Plus blanche que le blanc drap du lit La femme qui dans son sein mûrit, Assoupie, ta semence.

Ou celle dont les rayons enveloppent un berceau

— La barque

Qui, hissé le fanal de fortune.

Dans l^ océan de Pêtre s^ avance.

Se dodeline et gémit.

��Je suis la lampe qui se consume

Suave

Aux heures désertes et tardives

Dans l"" ombre plus triste, plus lourde.

Plus propice, mon frère !

Les poèmes de Pascoli éclairent ainsi suavement un humble monde qui se dérobait jusqu'à présent à la lumière de la litté- rature italienne, et que négligeait la poésie plus altière de ses deux plus illustres contemporains, Carducci et d'Annunzio.

GlUSEPPE Vannicola.

��LE SALON DES INDEPENDANTS.

Il n'est rien dont on soit plus cruellement puni que d'avoir supposé de l'intelligence à un peintre. Sitôt qu'on croit avoir fortifié sa position en expliquant le sens de sa recherche, il vous

�� �