Page:NRF 7.djvu/908

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


902 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

��LE MERVEILLEUX VOYAGE DE NILS HOLGERS- SON, par Selma Lagerlof, avec une Introduction de Lucien Maury (Perrin.)

Heureux pays que la Suède, heureux enfants des écoles qui ont pour livre de lecture, de géographie et de leçons de choses ce délicieux conte de fée. Ce fut, en vérité, une idée charmante que de demander à Selma Lagerlof un manuel scolaire. Avec quelle fantaisie, quelle richesse et quelle émotion l'auteur de Costa Berling s'est acquitté de sa tâche ! Le petit Nils trans- formé en gnome pour punition de sa paresse, est emporté par les oies sauvages qui le font voyager d'un bout à l'autre de la Suède. Paysages, légendes, vie des hommes et des animaux, il apprend à tout connaître au cours de ses merveilleuses aven- tures. Rien de didactique dans ce livre. Tout y est charme, ingéniosité, délicatesse. Les souvenirs historiques se parent d'assez de fantastique pour demeurer à jamais dans la mémoire de l'enfant. Les animaux n'ont pas cet anthropomorphisme puis- sant joint à cette sûre connaissance de la nature qu'on trouve chez Kipling ; mais Selma Lagerlof les peint avec une justesse plus familière et plus directe. Parmi les légendes, les unes sont anciennes, d'autres sont inventées par l'auteur : on ne les distingue guère tant elles s'unissent avec bonheur pour donner un sens profond aux créatures et aux paysages.

Envions les écoliers suédois et n'ayons pas de repos que nos enfants ne connaissent l'équivalent d'un tel livre.

J.S.

» » *

M. MAURICE BARRÉS ET MONTAIGNE.

Aux pages 109 et lio du Greco, dont une réédition paraît chez Emile Paul, M. Maurice Barrés, parlant des " grands intellectuels d'Israël, " fixés à Tolède, écrit :

�� �