Page:NRF 7.djvu/958

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


952 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ah ! peuple-toi^ maison ! Fenêtres^ ouvrez-vous ! Entre qui veuty qu'on prenne et donne^ et qu^on oublie !. . . Pourvu que rame y passe^ en nos yeux réfléchie^ "y appelle ici V amour ^ le calme et le courroux !...

��Et Je vous voisy et je vous sensy et Je vous touche. Beauté des Jours, Beauté des nuits !...

Gardez toutes ces fleurs h mon âge qui fuit. Gardez cette soif à ma bouche !. . .

Faites que ce bonheur, faites que ce désir Au même feu sans cesse me ramène,

Et quand viendra mon heure, ah ! faites-moi mourir Au bord d^ une fontaine ! . . .

Jules Delacre.

�� �