Page:NRF 8.djvu/505

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA LITTERATURE 499

Taine a habité la Savoie une vingtaine d'étés.^ Taine a écrit à Menthon Les Origines de la France Contemporaine. Et c'est à Menthon, devant l'azur penseur du lac d'Annecy, que le tombeau très simple de Taine, sous sa belle épitaphe latine, est livré à la méditation et à la paix de tout passant. Si j'avais eu à écrire le livre de M. Vaillat, j'aurais voulu aller m'asseoir au moins une fois auprès de ce tombeau. Cette pierre aurait mis de la netteté et de la distinction dans un esprit un peu affadi et coulant, de tapisseries aux verdures bleues. Elle l'aurait purifié de son désordre. Elle lui aurait montré, en face de ce qui plaît aux dames et des petites puérilités sentimentales du bon François de Sales, une discipline, une robustesse, la clarté et la composition qui font à un livre son atmosphère. Elle lui aurait révélé un chaînon visible de ce qui annexe la Savoie à la France. Elle lui aurait suggéré de lire dans La Fon- taine et ses Fables le chapitre sur la Champagne. Elle lui aurait enseigné l'ordre, de sorte qu'en fermant ses pages, nous n'en aurions pas retenu seulement des velléités de musique, mais l'image durable d'un pays. D'ailleurs les qualités réelles du livre un peu manqué de M. Vaillat peuvent se retrouver, avec celles qui lui font défaut, dans son ouvrage prochain, qu'il annonce sous ce titre : Les Marches de Savoie (Maurienne et Tarentaise). Mais la Maurienne et la Tarentaise sont-elles des " marches " r

Albert Thibaudet.

��^ Si l'idée vient à M. Vaillat (pourquoi pas ?) de nous donner un Taine en Savoie analogue au Renan en Bretagne de M. René d'Ys, je lui signale ce curieux passage d'une lettre de Renan à Berthelot, après un court séjour chez Taine, à Menthon en 1879 : " Il est conseiller municipal, lié avec la gentry du pays, et il y tient sérieusement. Cela le rend incapable de bien juger les grandes choses du passé qui ont été faites bien plus par enthousiasme et par passion que par raison. "

�� �