Page:Nietzsche - Considérations Inactuelles, II.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Élevez-vous d’un vol hardi
Bien au-dessus de votre temps !
Que vos écrits soient un reflet
De l’avenir dans le présent !

11.

Que la saine raison nous préserve de croire que l’humanité puisse trouver un jour un ordre de choses idéal et définitif, et qu’alors, semblable au soleil des régions tropicales, le bonheur viendra faire tomber ses rayons d’un éclat uniforme sur tous ceux qui vivraient ainsi sous l’ordre nouveau. Wagner n’a rien de commun avec de pareilles idées ; il n’est pas utopiste. S’il ne peut pas se passer de sa foi en l’avenir, cela signifie simplement qu’il discerne chez les hommes d’aujourd’hui certaines propriétés qui n’appartiennent pas au caractère et à l’ossature immuable de l’espèce humaine, mais qui se montrent variables et même périssables ; or, c’est précisément à cause de ces propriétés que l’art est aujourd’hui sans patrie et que Wagner lui-même doit être le précurseur et l’annonciateur d’une autre époque. Ce ne sera ni l’âge d’or, ni un ciel sans nuages que trouveront ces générations à venir que son instinct fait espérer à Wagner et dont les linéaments approximatifs peuvent être déduits du langage mystérieux de l’art wagnérien, pour autant qu’il est possible de déduire d’un mode de satisfaction à un genre de souffrance. La honte surhumaine et la justice parfaite ne s’étendront pas non plus comme un arc-en-ciel immobile au-dessus des plaines de cet avenir. Il se pourrait même que cette génération à venir parût plus mauvaise que la