Page:Noailles - Les Vivants et les Morts, 1913.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Les abeilles, tournant parmi d’épais aromes,
Font un remous de chants et de suavité.
On voit, sur les chemins, s’éloigner le fantôme
De l’été lourd de volupté…

Et pourtant, ô mon cœur, cette paix onctueuse
Qui t’environne et veut tendrement t’envahir,
S’étend comme un désert aux vagues sablonneuses,
Autour de ton triste désir !

Tu te sens étranger parmi cette indolence,
Tu ne reconnais rien dans ce calme sommeil ;
Et ton sort fait un poids obscur dans la balance
Où monte un placide soleil…

Les feuillages, les flots, la rive romanesque,
La barque qui descend comme un bouquet sur l’eau,
Les montagnes, au loin peintes comme des fresques,
La fumée aux toits des hameaux,

Ne te captivent plus, car la vie irritée
A, depuis ton enfance, arraché tes abris,
Et ton passé tragique est une eau démontée
Où des navires ont péri.