Page:Nodier - Smarra ou les démons de la nuit, 1822.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tourne rapidement au gré de mes désirs, ordonne, Vénus, que mon amant revienne à ma porte avec la même vitesse. » Le traducteur latin de l’inappréciable édition de Libert, approche beaucoup de la vérité :

Utque voluitur hic æneus orbis, ope Veneris,
Sic ille voluatur ante nostras fores.

Un globe d’airain n’a rien de commun avec un miroir. Il est fait aussi mention du rhombus dans la seconde Elégie du livre second de Properce, et dans la trentième épigramme du neuvième livre de Martial, sauf erreur. Il est presque décrit, dans la huitième élégie du livre premier des Amours