Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

l’Hôtel-Dieu, bâti vers 1856 (auparavant la Morgue était sur le Port au Vin) ; sur l’une des colonnes soutenant la grille on lit « Moritus (sic) hic jacet ignotus ».

La Manufacture des Tabacs y fut installée de 1858 à 1863.




Rue Mondésir ou Mont-Désir
Cinquième arrondissement. Paroisse de Saint-Nicolas, numéros pairs, et de Notre-Dame pour les numéros impairs.
De la rue du Boccage à la rue de la Bastille.

Elle porta les noms de rue de la Constance, rue de l’Union ; en l’An VII nous trouvons la mention d’un chemin « à ouvrir de la rue de la Bastille à la rue Mondésir », mais le travail ne s’exécuta que postérieurement et c’est en 1890 que l’on fit la partie dernière, dénommée rue Mondésir prolongée.

Plusieurs moulins y existaient, entre autres le Moulin Fiston, cité en 1809.

Les Dames de Chavagnes y commencèrent les travaux de leur maison en 1859-1861, leur chapelle fut élevée en 1877.

Celle des Dames Réparatrices, un peu plus haut, fut construite en 1876.

Au numéro 7 existe une tenue, propriété des familles Benoit et Rathouis, que l’on désignait autrefois sous le nom de tenue de la Corderie.

Au n° 9 il y a une autre impasse où se trouvent deux immeubles habités, et qui a pris de l’établissement voisin le nom d’impasse de Chavagnes.




Rue Monfoulon ou Mont-Foulon
Deuxième arrondissement. Paroisse de Saint-Donatien.
De la rue Saint-André à la place du Lieutenant-Jehenne.

Cette ruelle, devenue rue presque régulière, a emprunté son nom à une tenue.

M. l’abbé Delanoue dit « Mont Fellon et Godivelle étaient en 1544 les bien fonds de la chapelle de Champfleuri, située