Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Ruelle du quai des Tanneurs
Mêmes arrondissement et paroisse.
Du quai des Tanneurs, n° 7, à la rue du Bourgneuf.

Nous n’avons rien trouvé à signaler pour ces dernières voies.

Le nom leur fut appliqué par suite de la présence des nombreuses tanneries qui existaient en ce point de la ville.




Rue Thiers
Deuxième et troisième arrondissements. Paroisse de Saint-Pierre.
De la place de l’Hôtel-de-Ville au pont du même nom.

On l’a dénommée rue de l’Hôtel-de-Ville, rue Napoléon, puis, le 2 mai 1878, on lui appliqua le nom du célèbre historien et homme d’Etat, Louis-Adolphe Thiers, né à Marseille, le 15 avril 1797, mort le 3 septembre 1877 à Saint-Germain-en-Laye, Président de la République de 1871 à 1873.

Le premier nom lui vint de la Maison de Ville. La Ville avait d’abord trois maisons où elle tenait ses assemblées, la plus ancienne était « la maison aux engins ou l’arsenal » sur la place du Bouffay, puis « la maison de la Prévôté » sur la place des Changes (1493), ensuite elle afféagea, au Commandeur de Sainte-Catherine la « maison Sainte-Catherine », près Saint-Nicolas.

En 1578, elle acquit l’hôtel Bizart, dit aussi la maison de Derval ou des Dervallières, pour remplacer ces trois maisons incommodes. L’édifice fut presque complètement reconstruit dans les premières années du XVIIe siècle, avec une chapelle particulière, et en 1643 on y joignit un beau portail sculpté, sur les plans de Jacques Malherbe, architecte de la Ville ; celui que l’on voit aujourd’hui est de 1808 à 1816, et la cour qui précède date de 1808; le jardin, dessiné en 1728 d’après les plans de Gabriel par un ingénieur nommé Goubert, fut refait en 1800 et replanté en 1824. Au fond de ce jardin a été élevé en 1901 le monument qui abrite les Archives municipales.