Page:Notices sur les rues de Nantes 1906.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Sous les galeries, on remarque des inscriptions antiques provenant de fouilles faites à l’intérieur de la Ville.

Il est question, dans une lettre du 26 ventôse an V, d’une rue de 30 pieds de longueur « qui devait aboutir aux rues de la Commune et Saint-Léonard ». Le 30 octobre 1809, en exécution du décret du 11 août 1808, rapport sur l’ouverture de la rue.

Un arrêté préfectoral du 11 septembre 1832 autorise la discussion du prolongement de la rue jusqu’à l’Erdre, dont on parlait déjà depuis quelque temps, mais qui ne fut exécuté que plusieurs années après.




Rue de Thionville
Quatrième arrondissement. Paroisse de Sainte-Croix.
De la rue Fouré au quai Ferdinand-Favre.

C’était précédemment la rue des Amoureux à qui on donna en 1901 ce nouveau nom, au moment où on s’occupait de la dénomination des rues disséminées autour de la place Carnot.




Rue Félix-Thomas
Premier arrondissement. Paroisse de Saint-Félix.

Félix Thomas, peintre, architecte, sculpteur et graveur, né et mort à Nantes, a remporté en 1845 le grand prix d’architecture. Son nom fut proposé en 1905 pour remplacer celui des Quarts de Barbin, que portait une voie non encore classée en 1822, mais pour laquelle on peut regretter cette disparition d’un nom qui fixait une industrie.




Rue Thurot
Troisième arrondissement. Paroisse de Saint-Nicolas.
De la place du Commerce à la place de la Bourse.

Le corsaire Thurot François, né à Nuits en 1727, meurt le