Page:Nouvelle cuisinière canadienne, 1865.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
218
CUISINIÈRE

Cerises à l’eau de vie. — Mettez dans un bocal une livre de cerises qui ne soient pas trop mûres, et auxquelles vous aurez coupé la moitié de la queue ; ajoutez un quarteron de sucre que vous aurez fait clarifier, et une pinte de bonne eau-de-vie à 22 degrés, mêlée avec le sirop ; versez sur vos cerises quand le sirop sera froid ; ajoutez quelques morceaux de cannelle et clous de girofle ; bouchez votre vase avec un liége et couvrez de parchemin.

Quelques personnes procèdent pour les cerises comme pour les autres fruits, c’est-à-dire leur font jeter un seul bouillon dans le sirop et mettent l’eau-de-vie après ; ce procédé conserve beaucoup plus aux cerises leur goût.

Cidre, manière de le conserver doux. — En mettant une chopine de graine de moutarde dans un quart de cidre nouveau, on le conservera bon et doux pendant plusieurs mois. On a conservé du cidre d’automne de cette façon jusqu’au mois de mai suivant et à cette époque il a été trouvé très excellent et doux à boire.

Curaçao. — Faites infuser pendant quinze jours, dans trois pintes de bonne eau-de-vie, une demi-livre de zestes de curaçao ; tirez à clair, mêlez à cela une livre de sucre clarifié ; filtrez et mettez en bouteilles.

Eau de seltz. — Cette eau, dont on fait un grand usage depuis quelques années, facilite la digestion et donne aux vins ou aux sirops un goût très-agréable.

Emplissez d’eau jusqu’au goulot une bouteille à laquelle vous adapterez un bouchon qui bou-