Page:O'Followell - Le corset, 1905.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

110

vitrine de corsetière, le mammif «  sein s'adaptant au corset et se gonflant à volonté ».

Le née plus ultra de ce genre de postiches, le dernier cri est l'idéal plastron qui bombe suivant les goûts par tension ou relâchement d'une dizaine de sangles dissimulées à la. face postérieure de la combinaison. Ce mécanisme réunit les qualités requises par les plus exigeantes : légèreté, élasticité ou hémisphéricité ; c'est du moins le prospectus qui l'affirme. (Dr Witkowski).

Fig. 87. — Les suppléans.

En 1788, dit la marquise de Créqui, les Parisiennes avaient recours à des artifices moins compliqués : « Les jeunes femmes étaient misérablement habillées en fourreau de linon de toile de Perse ou de petites soieries mesquines ; fichu de mousseline empesée qui grimpait raide-ment jusqu'au milieu des joues et qui leur simulait par de gros plis sur la poitrine une sorte de protubérance exorbitante. »

La suppression de ces a mouchoirs ridiculement gonflés, qui recèlent les charmes les plus agréables de la femme », fut proposée par la société des Arts, comme contraire à