Page:Obry - Du nirvana bouddhique.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES.



PAGES.
broch. vol.
CHAP. I.Object de ce Mémoire 
 3 307
— Coup d’œil sur le Bouddhisme et sur ses rapports avec le Christianisme 
 3 307
— Le Nirvâna bouddhique est-il le néant ? N’est-ce pas plutôt le bonheur suprême et éternel avec exemption des renaissances dans le monde phénoménal ? 
 6 310
— Opinions contradictoires des érudits sur cette question capitale du Bouddhisme indien (Voir aux Addit., p. 208-9, B, ou p. 512-3, V). 
 9 313
— Considérations morales en faveur de la seconde solution (Voir au ch. VII, p. 140-8, B, ou p. 444-52, V, et au ch. IX, p. 206-7, B, ou 510-1, V.). 
 13 317
— Résumé des preuves alléguées en faveur du système qui ne voit dans le Nirvâna de Çâkyamouni que l’anéantissement de l’âme 
 15 317
— Système contraire soutenu de nouveau dans le présent Mémoire 
 19 323
— Importance de la question 
 20 321
— Le Bouddhisme compte-t-il plus d’adhérents que le Christianisme ? (Voir aux Addit., p. 209, B, ou p. 513, V.) 
 20 321
CHAP. II.Réponses aux difficultés extrinsèques ou accessoires 
 10 321
— Le Bouddhisme est-il un effet sans cause si son Nirvâna ne diffère pas de la délivrance finale des Brahmanes ? 
 21 328
— Les Orientaux ont-ils la vie en horreur à cause de la toi des transmigrations ? 
 25 329
— Le Bouddhisme n’avait-il pas sa raison d’être dans l’appel de toutes les classes de la société à la béatitude suprême que les Brah-