Page:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


appartient à la catégorie des beaux génies qui ont honoré l’humanité 238
VI
GARCHINE
Le peintre du désespoir. — Vie de Garchine. — L’attentat contre le général Loris Mélikov. — Mort prématurée. — La guerre turco-russe. — Quatre jours. — La psychologie de la guerre — Nikita. — L’officier Ventzel. — Nadéjda Nikolaïevna. — Alalia Princeps. — La fleur rouge. — Le symbolisme. — Garchine et Maupassant. 307
VII
TCHÉKHOV
Rien du grand art aux larges envolées. — Peintre d’une partie de la vie russe. — Personnages à peine différenciés : malades, neurasthéniques, fous, ratés, impuissants. — La salle n° 6. — La vie de province. — Stigmates de la dégénérescence mentale. — Paralysie de la volonté. — Amyosthgnie. — Hypertrophie du moi. — Pessimisme et fatalisme. — La misère morale des intellectuels ne diffère pas de celle des paysans. — Les moujiks. — La nature paraît à Tchékhov aussi malade que les hommes. — Le cercle d’observations de l’auteur est borné par les étroites limites de la petite existence de petites gens et de petites choses. — Absence de profondeur. — Objevtivisme et impersonnalisme excessifs. — L’homme dans un étui. — L’ensemble est plus intéressant que le détail. — La raison du succès de Tchékhov : son œuvre morne est la peinture exacte de l’état d’àme d’une grande partie des Russes pendant les vingt dernières années du xixe siècle. — La vie intellectuelle et sociale est bâillonnée. — Les maisons de fous et les prisons regorgent. — Tchékhov et Nadson 321
VIII
KOKOLENKO
I. — Romancier-poète qui n’élève aucune barrière entre l’art et la vie. — Enfance et jeunesse. — L’Institut technologique et l’Académie agronomique. — Korolenko correcteur d’imprimerie. — Bourse d’études. — Exil à Vologda. — Déportation en Sibérie. — « Vous êtes politiquement suspect ». — Refus de prêter serment à Alexandre III. — Débuts littéraires. — Rousskoïé-Bogalslvo. — Korolenko et l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. — Korolenko et les massacres de Kichinev 339
II. L’œuvre de Korolenko. — Peintures de la Petite-Russie et de la Sibérie. — L’évadé de Sakhaline. — Le forçat Bouran. — Vassily — L’idée de liberté dans Nuit de Pâques. — L’idée de justice dans Le rêve de Makar. — La psychologie du Musicien aveugle. — Objections au point de vue de l’évolution psycho-physiologique d’un aveugle. — L’aveugle et le sourd-