Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gens réunis autour des mêmes autels, naîtrait un fraternel amour, qui les rapprocherait d’abord pt qui s’épanchant ensuite irait chercher l’indigence au dehors et lui porter secours. Alors, de toutes ces âmes rassurées par la foi ou consolées par la charité, s’élèverait un concert de louanges pour Dieu, de filiales reconnaissances pour l’Eglise, et de bénédictions pour celui qui aurait été l’auteur de tout ce bien, pour vous, Monseigneur. Nous avons l’honneur d’être, Monseigneur, de votre grandeur, les très-humbles et très-obéissants serviteurs et fils dévoués en Jésus-Christ.

Suivent les signatures.