Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce bienheureux diplôme de licencié, qui me servira. de marchepied, j’espère, pour me faire recevoir docteur l’an prochain ; alors je. serai, s’il plaît à Dieu, docteur en droit et docteur ès lettres,.ce qui i ne fera pas bouillir la marmite plus que si je ne l’étais pas. En même temps nous avons été occupés a ressusciter la défunte Revue européenne; ces messieurs ayant voulu que j’en composasse l’introduction, je me suis trouvé notablement absorbé par. cette besogne et n’ai pas eu un instant de libre jusqu’aux fêtes de Pâques. Je te dis toutes ces choses, non pour me faire valoir, car il n’y a pas de quoi, puisque je n’ai pour ainsi dire travaillé que par force, mais pour me disculper de négligence à ton égard.

Le grand rendez-vous des jeunes gens catholiques et non catholiques cette année a été à Notre-Dame. Tu as sans doute entendu parler des conférences de l’abbé Lacordaire. Elles n’ont eu qu’un défaut d’être trop peu nombreuses. Il en a fait huit au milieu d’un auditoire de près de six mille hommes, sans compter les femmes. Ces conférences sur l’Eglise, sa nécessité, son infaillibilité, sa constitution, son histoire, etc., ont toutes été très-belles ; mais la .dernière a été d’une éloquence supérieure à tout ce que j’ai jamais entendu. Mgr de Quélen, qui avait assisté a toutes les conférences, a adressé la dernière fois. a M. Lacordaire des remercîments solennels et l’a nommé chanoine de la cathédrale. Voila