Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXXVII
À M. DE LA NOUE.
Paris, 11 juin 1836.


Mon cher ami,

Je suis bien reconnaissant de la confidence poétique que vous voulez bien me faire. Votre idée me paraît fort belle, et je crois que vous avez tout ce qu’il faut pour la développer d’une manière puissante. Quant à moi, je ne pourrai vous donner des lumières sur le point obscur que vous me désignez. Outre ma propre insuffisance, il y a là des ténèbres que nul œil n’a jamais sondées. On ne sait rien, je crois, sur le monde antédiluvien, hormis ce que révèle la Genèse. Les deux races de Caïn et de Seth, leurs luttes primitives, leurs unions fatales, une nature plus vigoureuse et plus grande, des vies de plusieurs siècles, l’alliance de la force, de la science et du péché, tous trois à un état gigantesque :voilà les images qui se pressent imposantes entre la porte fermée de l’Éden et les cataractes ouvertes du déluge. Évoquez ces images, poëte, et elles vous obéiront ; elles se poseront lumineuses sur la scène