Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sa détermination d’entrer dans l’ordre de Saint-Dominique, et de son départ pour Rome, en le chargeant d’arrêter les places pour lui et ses deux compagnons. « C’est le jeudi 7 mars, fête « de saint Thomas d’Aquin, que nous quitterons Paris. Nous « serons à Lyon le 10, et c’est le 12 que nous nous embar querons pour Milan. Je serai ravi de vous revoir vous et « tous nos amis, et j’espère que vous nous aiderez à faire les « pèlerinages que tout fervent catholique ne doit pas omettre « à Lyon. »

Arrivé à Rome, l’abbé Lacordaire racontait son voyage à Ozanam et ne lui cachait pas les joies de la vie religieuse. Plus tard, il ne cachait pas non plus avoir vivement désire l’appeler un jour « mon frère. »

Si le lecteur rapproche les lettres qui précèdent et celles qui suivent, il sera en quelque sorte témoin des combats.qui décidèrent de la destinée d’Ozanam ; il s’était voué dès sa jeunesse à la science et à la religion, il sut les servir toutes deux, au milieu du monde, sans jamais les séparer.