Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 10.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


restons jamais inoccupés formons, s’il le faut, des châteaux en Espagne et des entreprises gigantesques, mais ne laissons point notre esprit sans pâture., Commençons des études fortes, approfondies sur les matières les plus appropriées nos inclinations mais ne nous laissons point trop entraîner à la rêverie et à la littérature : ce sont choses excellentes, mais qui cessent d’avoir aucune valeur quand il n’y a pas au fond des idées et des connaissances précises.

Voilà bien assez de réflexions. Maintenant je vais te dire quelques mots de ce qui se passe autour de moi pour te faire un peu connaître le monde dans lequel je vis et dans lequel tu auras à vivre. Comme avocat, comme homme, j’aurais dans le monde trois missions à remplir et je devrais être, pour arriver à mon but, jurisconsulte, homme de lettres, homme de société. Ici donc commence mon apprentissage, et la jurisprudence, les sciences morales et quelque connaissance du monde envisagé sous le point de vue chrétien, doivent être l’objet de nos études.

Plusieurs moyens nous sont donnés en ce moment par la Providence pour nous essayer dans cette triple carrière : ce sont les conférences de droit, celles d’histoire et les réunions chez M. de Montalembert. Les conférences de droit se tiennent deux fois par semaine on y plaide des questions controver-