Page:Ozanam - Œuvres complètes, 3e éd, tome 7.djvu/516

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

«J’ai désiré d’un grand désir de voir votre face et de converser avec vous car vous êtes mon seigneur, vous êtes mon roi, vous êtes mon fils spirituel. Mon seigneur, je vous dois et je vous offre mes conseils et tous les services qu’un évêque peut rendre, sauf l’honneur de Dieu et de la sainte Église ; mon roi, je suis tenu de vous respecter toujours, et de vous avertir à l’heure du péril ; mon fils spirituel, mon devoir est de vous reprendre dans vos égarements. Vous devez savoir que vous êtes roi par la grâce de Dieu. Or, les rois, au jour de leur sacre, reçoivent trois onctions à la tête, à la poitrine, au bras, ce qui signifie la gloire, la science et la force. Quand les rois des anciens âges prévariquèrent contre la loi de Dieu, Dieu leur ôta la force, la science et la gloire; il rendit ces dons à ceux qui se repentirent. Écoutez encore : l’Église de Dieu se compose de deux ordres : le clergé et le peuple. Dans le clergé sont les apôtres et les papes, hommes apostoliques, et les évêques et les autres docteurs à qui est confié le soin de l’Église, afin que tout soit ramené au salut des âmes. C’est pourquoi il a été dit à Pierre et aux autres pasteurs, et non au roi d’Angleterre.