Page:Pétrarque - Lettres de Vaucluse, trad. Develay, 1899.pdf/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XII. 
À Francesco Nelli. (Sa vie à Vaucluse.) 
 152
XIII. 
À Zanobi da Strada. (Il le remercie de l’intérêt qu’il porte à sa réputation.) 
 159
XIV. 
À Mathieu Longus. (Éloge du chien.) 
 164
XV. 
À Dom Ubertino. (Il s’excuse de ne pas lui communiquer son poème de l’Afrique, auquel il n’a pas encore mis la dernière main.) 
 168
XVI. 
À Gui de Boulogne. (Tourmenté du désir de quitter Avignon pour retourner en Italie, il ne se sent pas la force de l’attendre plus longtemps.) 
 171
XVII. 
À Pons Samson. (Il s’excuse d’être parti sans prendre congé de lui.) 
 175
XVIII. 
À Francesco Nelli. (S’étant mis en route pour l’Italie, une pluie torrentielle l’a forcé à rebrousser chemin.) 
 178
XIX. 
À Zanobi da Strada. (Sa vie à Vaucluse.) 
 183
XX. 
À Andréa Dandolo. (Il se disculpe du reproche de trop aimer les voyages.) 
 191
XXI. 
À Pierre de Rainzeville. (Sa polémique avec un médecin. Nouveaux délais qui suspendent l’expédition de Charles IV en Italie.) 
 199
XXII. 
Au même. (Sa polémique avec un médecin.) 
 204
XXIII. 
À Lélius. (Il lui demande conseil sur l’endroit où il doit se fixer et il lui témoigne le désir qu’il éprouve de finir ses jours à Rome.) 
 209
XXIV. 
À Philippe de Cabassole. (Il lui demande asile dans sa maison de campagne pour se dérober à tous les regards.) 
 219
XXV. 
Au même. (Il lui envoie trois petits présents.) 
 221