Page:Palante - La Sensibilité individualiste, Alcan, 1909.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le contenu psychologique et sociologique en le distinguant de l’anarchisme [1].

Partons d’une distinction nette : celle qu’il convient d’établir entre un système social et une simple attitude intellectuelle ou sentimentale. Là réside, selon nous, la différence initiale qui doit être établie entre anarchisme et individualisme. L’anarchisme, quelle qu’en soit la formule particulière, est essentiellement un système social, une doctrine économique, politique et sociale, qui cherche à faire passer dans les faits un certain idéal. Même l’amorphisme de Bakounine, qui se définit par l’absence de toute forme sociale définie, est encore, après tout, un certain système social. — Par contre, l’individualisme nous semble être un état d’âme, une sensation de vie, une certaine attitude intellectuelle et sentimentale de l’individu devant la société.

Nous n’ignorons pas qu’il existe dans la terminologie sociologique un certain individualisme qu’on appelle Individualisme du droit. C’est l’individualisme qui proclame l’identité foncière des individualités humaines et par suite leur égalité au point de vue du droit. Il y a là une doctrine juridique et politique bien définie et non une simple attitude de pensée.

  1. Nous avons essayé de défendre, dans notre livre : Combat pour l’Individu, un certain individualisme qui a été qualifié par plusieurs critiques d’anarchisme intellectuel. L’épithète d’anarchiste n’a rien qui nous fasse peur. Mais, pour la clarté des idées, nous croyons qu’il convient de maintenir distinctes les deux expressions : anarchisme et individualisme.