Page:Paradis - Le Temiscamingue a la Baie-d'Hudson BAnQ P134S1D1, 1884.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
39

ble au Canada ; néanmoins nous commençons à avoir des vignobles tout aussi bien qu’en France « Audaces fortuna juvat. »

Singulier développement de la Végétation.

L’été dernier, 1884, je ne trouvais à Moose dans la première semaine de juillet, et j’y ai remarqué que la végétation y était à peu près au même point qu’à Rimouski à pareille saison. Une dizaine de jours plus tard, comme nous revenions d’Albani, nous ne fûmes pas peu surpris de voir combien, dans un aussi court laps de temps, l’apparence des prairies et des jardinages avait changé.

C’est alors que nous comprîmes un fait auquel on ne fait généralement pas attention dans le jugement que l’on porte sur le climat des contrées septentrionales.

Ce fait est la rapidité extraordinaire avec laquelle se développe la végétation des hautes latitudes. L’explication, pourtant, en est toute simple :

De même qu’il existe certains insectes dont la vie commence, se développe et finit en un jour, ou peut-être dans une saison ; ainsi les végétaux du Nord, ténus comme tout ce qui a vie à compléter le but de leur existence, compensent par la rapidité de leur croissance, la privation des jours que la nature a comptés avec plus de largesse pour leurs frères des régions méridionales. Et s’il m’était permis d’illustrer ma pensée par un texte des Saintes Écritures, je pourrais ajouter avec toute la révérence due à la parole sacrée : « Consumptus in brevi explevit tempora multa. »

Trois causes surtout, concourent à produire ce résultat. La longueur des jours, l’intensité de la chaleur et l’humidité du sol. Trois points de méditation que je livre sans commentaires à la philosophie des sceptiques.


Maintenant, il est temps pour nous, Monsieur le Ministre, de reprendre l’aviron pour revenir vers mon pays de prédilection, ma chère vallée de Témiskaming. Mais auparavant, il nous faut remonter une terrible rivière : 212 milles, cela ne se fait pas dans un jour… en canot. Tant mieux ! nous aurons le temps