Page:Paris, Paulin - Romans de la Table Ronde, tome 1.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
224
LE SAINT-GRAAL.

elles étaient tout à fait indignes d’un si noble emploi ; on eût dit de la mauvaise étoupe de chanvre, si bien qu’en les prenant pour lever l’épée, on n’aurait pas manqué de les déchiqueter. Voici le sens des lettres tracées sur le fourreau :

Qui me portera devra être le plus preux de tous les hommes ; et tant qu’il portera ces renges autour du corps, il n’aura pas à craindre d’être honni. Malheur à qui voudra remplacer les renges ; il attirera sur lui les plus grandes calamités. Il n’est réservé de les changer qu’à la main d’une femme, fille de roi et de reine. Elle seule pourra les remplacer par une chose qu’elle portera sur elle et qu’elle aimera le plus. Elle nous donnera, à l’épée et à moi, le vrai nom qui nous appartient.

Et Nascien, ayant voulu voir encore si les deux côtés de l’épée étaient semblables, y porta la main et tourna la lame dans l’autre sens. Il vit qu’elle était de couleur de sang, et qu’on lisait sur la partie que le fourreau n’enfermait pas : Qui plus me prisera aura le plus sujet de se plaindre de moi. Qui devrait me trouver la plus favorable me trouvera la plus dangereuse, au moins pour la première fois.

Tels étaient donc le lit, la couronne, l’épée et ses renges. Mais il y avait encore trois fuseaux dont l’intention semblera plus merveilleuse.