Page:Paté - À Molière, 1876.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Il n’a point fait passer la terreur dans nos veines,
Ni battre de pitié notre cœur attendri ;
Il n’a point sur nos maux poussé de plaintes vaines,
Et, plus il les vit grands, plus sans doute il a ri !

Mais vous ne savez pas ce que coûtait ce rire
À qui connaissait l’homme ainsi qu’il l’a connu !
Quelle souffrance mettre au rang de son martyre,
À lui devant qui l’âme apparaissait à nu ?

Il faut aller chercher ou Dante ou Michel-Ange
Pour voir des fronts pareils de ténèbres voilés :
N’est-ce pas effrayant que ce rieur étrange
Marche dans le chemin des grands inconsolés ?

Ah ! c’est que, s’il n’a pas du noir séjour des ombres,
Avec Dante, exploré les cercles douloureux,
Il a vu dans nos cœurs des replis aussi sombres :
Mais, s’il nous vit méchants, il nous vit malheureux.