Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le prix de la peau, et monta dessus. En passant près d’une auberge, il eut envie de voir quelle heure il était, et il dirigea sa monture du côté de la porte. Comme la pauvre bête n’y voyait pas à se conduire, elle alla heurter la tête dans le contre-hu, ou demi-porte, avec tant de violence que la porte tomba dans la maison en brisant plusieurs bols à cidre qui étaient sur une table voisine de l’entrée.

L’aubergiste accourut, et Jean lui dit avec tranquillité :

— Quelle heure est-il ?

— L’heure où les fous s’en vont, répondit l’homme, qui voyait la simplicité du garçon.

— Merci bien, monsieur, dit Jean.

En voyant la rosse que son fils amenait, sa mère éclata en reproches :

— Pauvre sot ! tu as acheté une bête qui ne vaut pas dix pièces de cent sous ; ne vois-tu pas qu’elle est aveugle ?

— Aveugle, dit-il, non, car j’étais monté dessus, et elle ne m’a pas jeté par terre. Au surplus, si mon cheval ne vous convient pas, je le mènerai à la prochaine foire, et je parie le revendre au moins deux cents francs.

Il alla à la foire du grand Saint-Aubin, et à chaque marchand qui lui demandait le prix de sa bête, il répondait :