Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




On raconte souvent des histoires de prêtres qui reviennent demander un répondant pour leur messe (Cf. Contes populaires de la Haute-Bretagne, n° XLIII ; Luzel, Veillées bretonnes, p. 3, le Mort confesseur ; Fouquet, Légendes du Morbihan, p. 107, la Messe du Fantôme).

Dans le conte de Bladé, intitulé : Le Bâtard, le héros, qui ne doit montrer sa langue à aucune personne vivante avant que son père l’ait vue, reçoit la communion des mains d’un prêtre-squelette.

Il y a d’autres récits où les prêtres se montrent sur les routes, tantôt glissant comme des ombres, tantôt venant demander l’aumône, et condamnés à errer jusqu’à ce qu’on leur ait donné l’argent de messes qui leur ont été payées et qu’ils n’ont pas dites.