Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


61.

I’ m’avait promis de la filasse ; i’ ne m’a donné que du reparon (déchet de chanvre). (M.)

62.

I’ ne l’a pas fait pour des blosses (prunes sauvages). (M.) — Il l’a fait avec l’espoir d’en tirer parti.

63.

I’ ne frappent point ès contr’ hus de genêt. (Ploubalay).

Se dit en parlant des prêtres qui ne vont point dîner dans les maisons pauvres qui ont une contre-porte en genêt.

64.

I’ ne rit que quand le diab’e pète. (E.) — C’est-à-dire rarement.

65.

I’ oït dû comme un sourd. (M.) — Le sourd (salamandre) passe pour ne pas entendre.

66.

I’ sont environ li (autour de lui) comme la pie après le chouhan (chat-huant). (E.)

67.

I’ touche les houâs. — Il est ivre, et va en zig-zag comme ceux qui conduisent les oies.

68.

I’ va trouver la marée debout. (S.-C.)

69.

I’ y a de vieux marins comme de vieux terriens. (Saint-Briac.)

70.

I’ y a une léieue (lieue), mesure de Lamballe. (M., D.)

Les mesures de Lamballe, ancienne capitale du duché de Penthièvre, étaient de forte capacité.