Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/402

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


§ I. Propos sur les prêtres et propos de catéchisme.

Les Gallots, bien que presque tous catholiques pratiquants, ne sont point cléricaux, surtout ceux de l’Ille-et-Vilaine, et ils n’aiment pas l’immixtion du clergé dans le temporel. Les prêtres qui se renferment dans leur ministère y sont bien vus, et ont en somme une existence heureuse. On verra, par les quelques nouvelles à la main qui suivent, que parfois les paysans sont un peu irrévérencieux à leur égard, sans que toutefois cela aille au-delà de la plaisanterie,


Propos sur les prêtres.

Un prêtre prêchait sur l’évangile de la multiplication des pains.

Il y avait en face de la chaire un adlézi qui faisait à chaque instant : « Hum ! hum ! » en secouant la tête.

— Tu ne veux pas croire cela, Jean ? demanda le prédicateur.