Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III. La Goule-ès-Fées.

Voici, à titre de curiosité, un conte que je tiens de mon ami et compatriote, M. Auguste Lemoine, qui l’a entendu aux environs de Dinard. C’est un conte de seconde main, et qui n’est par conséquent point littéral. Je l’ai rédigé en patois du littoral ; mais, pour être vrai, je dois ajouter que jamais aucun de mes conteurs ne s’est servi purement du patois pour me raconter des légendes. La plupart du temps, il y avait entre leurs récits et leur manière habituelle de s’exprimer autant de différence qu’il y en a entre la langue écrite et le langage de la conversation ordinaire.


Un saï[1] que la mère Milie[2], qu’était saïge-femme[3] de son état, était assise su n’un berchet[4] dans l’coin d’son fouyer, o ouït queuqur’un[5] qui cognait à l’hu[6] de son hôté.

O débarrit la porte, et o vit entrer sez ielle[7] eune veille femme qui li dit comme héla de veni do ielle tout cont’ Saint-Leunaire, à cette fin

  1. Soir.
  2. Émilie.
  3. Sage-femme.
  4. Escabeau.
  5. Elle entendit quelqu’un.
  6. À la porte de sa maison.
  7. Elle vit entrer chez elle.