Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/412

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ni portes ni fenêtres. Celui qui n’avait pas de bras frappa un coup de poing dans la porte, et demanda avec quoi faire cuire un lièvre qui n’était pas pris. Un grand homme, qui n’était pas là, leur a répondu :

— Nous avons tout ce qu’il faut pour cela : nous avons trois marmites dont deux sont défoncées, la troisième n’a que les côtés, et quand on met quelque chose dedans, la graisse monte par dessus les bords.

Devinez s’il y a là-dedans un mot de vrai.

(Récité par Jean Bouchery, de Dourdain, 1878.)

Une fille disait : J’ai vu un chien enraigé là-bas qui mordait dans la terre et regardait en haut ; il avait la quoue aussi longue que mon bras et l’avait écourtée au ras du cu. (E.)

En Coulinée, la p’us veille ville de Bretangne, les pavés étaint usés, et le gouvernement du temps-là ne donnait ren pour les ramarrer. Iz étaint tous chargés de vermine en Coulinée ; iz en avaint tous leux crublée. Les anciens s’assem-