Page:Paul Sébillot - Littérature orale de la Haute-Bretagne.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une des légendes recueillies par Madame de Cemy, à Saint-Suliac (Ille-et-Vilaine), sur les bords de la Rance, parle aussi de fées qui habitaient des grottes. Voici en substance ce qu’elle dit à ce sujet :


La Fée du Bec-du-Puy ou de la Grotte-ès-Chiens habite une grotte marine des bords de la Rance. Elle en sort le soir, d’abord en vapeur blanche et indistincte ; ensuite elle prend la forme d’une belle femme dont les habits sont couleur de l’arc-en-ciel. Elle fuit à la vue de l’homme et pleure sa puissance détruite. Jadis elle avait du pouvoir sur les vents, et pour se la rendre favorable on venait déposer des fleurs à l’entrée de sa grotte, que gardaient des chiens invisibles. Aujourd’hui sa vue n’annonce rien de bon.

Un jour des bergers trouvèrent à l’entrée de la grotte une jeune fille expirante qui leur raconta qu’elle venait à cette place attendre son fiancé. Il y a trois jours, elle avait vu la fée, puis elle lui était apparue une seconde fois avec un bruit comme un petit battement d’ailes. Elle ne put fuir et resta anéantie : la fée lui dit que son fiancé n’était plus, et qu’elle-même mourrait