Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE

Il ne sera plus, lui c’est entendu il ne sera plus.

Il aura perdu le goût du pain.

Mais il y en aura d’autres, Dieu juste il y en aura

d’autres, 11 faut l’espérer, Qui ont déjà le goût du pain et qui sauront mordre

dans une bonne miche de pain. Qui mangeront de bon appétit. Leur pain de chaque jour. Qui mangeront de bon appétit leur pain de chaque

jour et leur pain éternel. (On se passera très bien de lui, et il ne sera plus à

(la) table, car il faut se pousser à table quand les

nouveaux venus viennent et poussent). D’autres ses enfants qui vivront et qui mourront après

lui si tout se passe dans l’ordre. Et qu’il retrouvera en paradis.

11 y en aura d’autres, Dieu merci :

Il faut que France continue.

Ni France ne chômera, ni chrétienté ni Lorraine.

Et la paroisse ne chômera pas.

Ni ne chômera point la vigne ni le blé.

C’est l’ordre que le père meure avant les enfants.

Il pense à eux, par une grâce de Dieu, aussitôt le sang

lui refoule au cœur. Et le réchauffe tellement. Et lui reflue dans tous les membres jusqu’au bout des

doigts.

282