Page:Pelletan - Le Monde marche.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


V


Le progrès, avez-vous dit en toutes lettres, est un rêve démenti par la nature et par l’histoire.

Interrogeons d’abord la nature, nous passerons ensuite au second démenti ; et pour procéder par ordre, prenons la planète au début, ab jove, comme disait l’antiquité.

L’origine du monde, Dieu merci, n’est plus aujourd’hui pour l’homme là fiction plus ou moins poétique de telle ou telle théogonie. La science de notre temps a retrouvé le procès-verbal authentique de la première Genèse, enfoui à nos pieds sous les diverses couches de terrain. Nous pouvons lire désormais, page à page, dans cette bible souterraine, et suivre des yeux de nos sens toutes les ébauches et toutes les ratures successives de la création.

La terre a commencé par être une boule de feu ou de granit fondu, à la température de la lave de volcan. La