Page:Pelletan - Le Monde marche.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nelle, toutes ses richesses acquises pour vivre en elles et par elles d’une vie plus multiple et plus intense à la fois.

Je vous raconte ici l’histoire de la formation de l’humanité, depuis le point de départ de la sauvagerie jusqu’à l’étape actuelle de la civilisation.

Est-ce une histoire de complaisance inventée après coup pour le besoin de la thèse de la perfectibilité ? Mais vous avez autour de vous le commentaire encore vivant de chaque métamorphose antérieure de l’humanité. Nous pouvons voir encore en fonction dans t’espace tous les états que l’homme a successivement traversés dans le temps, avant d’arriver au dernier mot actuel du progrès :

L’état chasseur ?

Voyez le sauvage errant sur la limite du Canada.

L’état pastoral ?

Voyez le Cosaque, condamné par la nature du steppe à vivre uniquement du produit du troupeau.

L’état agricole combiné avec l’état pastoral ?

Voyez le Bédouin campé sur le revers de l’Atlas.

L’état civil enfin émergeant de l’état agricole ?

Voyez le Kabyio réfugié sur la hauteur.

Et qui donc a entraîné l’homme d’une vie inférieure à une vie toujours supérieure ? sinon le progrès. Et qui donc a donné à l’homme le moyen d’opérer chaque révolution ? sinon la faculté progressive de son esprit. Telle découverte, je le sais, la plus grande peut-être, a