Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


est peuplée non plus de paysans, mais de sortes d’animaux faméliques, réduits souvent à se nourrir d’herbes et de racines, et qu’un écrivain du temps nous a montrés n’ayant plus, je ne dis pas les droits et la vie de l’homme, mais même l’apparence humaine.

Cette belle époque, est ce qu’on appelle le grand siècle.