Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Que fait alors le despotisme ? Non-seulement il prend le soldat, et il le rive à son poste par la menace des plus horribles supplices, mais encore il saisit le laboureur et il l’attache à la terre ; l’ouvrier, et il l’emprisonne dans sa corporation ; le magistrat lui-même, et il l’enchaîne à sa fonction. Et l’Empire tout entier devient un bagne, où chacun traîne sa profession ou sa dignité comme un boulet.

C’est le dernier mot de la centralisation et de la réglementation. Son premier acte est de ruiner tout ; son second, d’interdire jusqu’au suicide aux misérables qu’il a réduits au désespoir.

Tel fut l’empire romain à sa fin. Que pouvaient devenir dans un pareil état de choses les classes ouvrières ?

Les champs dévastés, les routes occupées par les brigands, la misère partout ; toutes