Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’est pas nécessairement un guerrier, ce peut être une puissance d’Église : soit un évêque, soit un monastère. Car les uns et les autres avaient des propriétés et des serfs.

2° Le travail s’est encore réfugié dans l’église. Du monde romain, qu’ont respecté les barbares ? Le prêtre et le moine. Où s’est réfugiée la civilisation romaine ? Chez le moine et chez le prêtre.

La religion, et, il faut le dire, la superstition n’ont jamais perdu leur influence sur les âmes violentes, mais primitives. Aussi, plus on descend dans la barbarie, plus on voit la puissance de l’Église s’accroître. Elle étend peu à peu ses biens et son pouvoir. Elle échappe seule dans le naufrage où périt l’Empire. Elle reste le seul asile ouvert, elle reçoit en dépôt la langue, la science et l’industrie de Rome.