Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


table exclusivisme, qui tenait aux mœurs et aux idées du temps. Dans des siècles où tout était privilège, les ouvriers ne pouvaient pas songer à abolir les privilèges : ils essayaient de conquérir les leurs.

II. — Aujourd’hui, il y a séparation absolue de classe entre l’ouvrier qui produit, le patron qui a l’entreprise de la production et le marchand qui est l’intermédiaire entre le producteur et le consommateur.

Aujourd’hui, la richesse accumulée depuis des siècles, s’est concentrée dans les mains, soit des patrons, soit des gros négociants. Le capital industriel s’est créé peu à peu, a exploité le travail, et la lutte a commencé. Rien de semblable n’existait au début des corporations.

On sortait d’une misère et d’une oppres-