Page:Pelletan - Les Associations ouvrières dans le passé.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mot signifie qu’elles n’étaient ni écrites ni constatées par un texte, qu’elles consistaient uniquement dans les pratiques suivies par la corporation, dans des habitudes prises naturellement, et qu’elles n’existaient que dans la mémoire de ceux qui avaient vécu dans le métier.

Ces « coutumes » nées d’elles-mêmes, et adoptées spontanément par la corporation, comment n’auraient-elles pas été faites dans l’intérêt de l’ouvrier et de l’industrie ? Aucun pouvoir ne les avait imposées ; aucune pression n’avait influé sur elles ; elles étaient sorties de la liberté industrielle conquise, et en gardaient la trace.

Mais bientôt on sentit le besoin de les fixer par l’écriture, et aussi de leur donner la garantie du pouvoir seigneurial ou royal. Alors aussi, ce fut dans une réunion des plus anciens et des plus considérables du