Page:Perrault - Contes des fées, 1886.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
91
RIQUET À LA HOUPPE.

elle un petit homme fort laid et fort désagréable, mais vêtu très-magnifiquement.

C’était le jeune prince Riquet à la Houppe, qui, était devenu amoureux d’elle sur ses portraits qui couraient par tout le monde, avait quitté le royaume de son père pour avoir le plaisir de la voir et de lui parler.

Ravi de la rencontrer ainsi toute seule, il l’aborde avec tout le respect et la politesse imaginables. Ayant remarqué, après lui avoir fait tous compliments ordinaires, qu’elle était fort mélancolique, il lui dit :

« Je ne comprends point, madame, comment une personne aussi belle que vous l’êtes peut être aussi triste que vous le paraissez ; car, quoique je puisse me vanter d’avoir vu une infinité de belles personnes, je puis dire que je n’en ai jamais vu dont la beauté approche de la vôtre.

— Cela vous plaît à dire, monsieur, lui répondit la princesse ; et elle en demeura là.

— La beauté, reprit Riquet à la Houppe, est un si grand avantage, qu’il doit tenir lieu de tout le reste ; et, quand on le possède, je ne vois pas qu’il y ait rien qui puisse vous affliger beaucoup.

— J’aimerais mieux, dit la princesse, être aussi laide que vous et avoir de l’esprit, que d’avoir de la beauté comme j’en ai, et être bête autant que je le suis.