Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/154

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
144
Cendrillon.

drillon, & la trouvant fort belle, dit que cela eſtoit juſte, & qu’il avoit ordre de l’eſſayer à toutes les filles : il fit aſſeoir Cendrillon, & approchant la pentoufle de ſon petit pied, il vit qu’elle y entroit ſanspeine, et qu’elle y eſtoit juſte comme de cire. L’étonnement des deux ſœurs fut grand, mais plus grand encore quand Cendrillon tira de ſa poche l’autre petite pentoufle, qu’elle mit à ſon pied. Là-deſſus arriva la Maraine, qui, ayant don-