Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/157

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
147
Cendrillon.


MORALITE


La beauté, pour le ſexe, eſt un rare treſor ;
De l’admirer jamais on ne ſe laſſe ;
Mais ce qu’on nomme bonne grace
Eſt ſans prix, & vaut mieux encor.

C’eſt ce qu’à Cendrillon fit avoir ſa Maraine,
En la dreſſant, en l’inſtruiſant,
Tant & ſi bien qu’elle en fit une Reine :
(Car ainſi ſur ce conte on va moraliſant.)

Belles, ce don vaut mieux que d’eſtre bien coëffées,