Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/228

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

s’écria-t-il, ils me le payeront les malheureux, & tout à l’heure. Il jetta aussitost une potée d’eau dans le nez de sa femme, & l’ayant fait revenir, donne-moy viste mes bottes de sept lieuës, luy dit-il, afin que j’aille les attraper. Il se mit en campagne, & aprés avoir couru bien loin de tous costés, enfin il entra dans le chemin où marchoient ces pauvres enfans qui n’étoient plus qu’à cent pas du logis de leur pere. Ils virent l’Ogre qui alloit de montagne en