Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 3.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
EXTRAITS

miens [1]. Ce peuple, qui ne respiroit que la guerre et le butin, accourt du fond de l’Orient ; ils passent l’Euphrate au nombre de dix mille combattans, sous la conduite de trois généraux ; une partie se jette sur Balbek, l’autre va jusques aux portes de Damas, pillant et ravageant tout ce qui se présente ; Salih-Imad-Eddin se renferme dans Damas, sans oser arrêter ce torrent qui inondoit ses États. Après avoir ravagé tout le pays du côté de Damas, ils se présentent devant Jérusalem, l’emportent d’assaut ; les Chrétiens sont passés au fil de l’épée ; et les femmes et les filles, après avoir essuyé toute la brutalité du soldat effréné, sont chargées de chaînes ; ils détruisent l’église du Sépulcre de Jésus-Christ ; enfin, ne trouvant plus rien parmi les vivans pour assouvir leur rage, ils ouvrent les sépulcres des Chrétiens et brûlent leurs cadavres qu’ils avoient tirés du sein de la terre. Après cette expédition ils allèrent à Gaza, et députèrent quelques-uns de leurs principaux officiers à Nedjm-Eddin : ce prince les caressa beaucoup, les fit revêtir d’habits superbes, et leur fit présent de chevaux et d’étoffes d’un grand prix ; il les pria de faire rester leurs troupes à Gaza, où se feroit la jonction des deux armées, et leur promit de les mener devant Damas. Bientôt les troupes du Sultan furent en état de marcher ; elles étoient

  1. Kharesmiens, peuple du Khouaresm ; ce pays est situé en partie en deçà du Gihon ou de l’Oxus, du côté du Khorassan, et en partie au-delà, en confinant au Mawaralnahar ou à la Transoxane ; il est borné à l’occident et au septentrion par le Turquestan, par la Transoxane à l’orient, et par le Khorassan au midi ; il est éloigné de cinq ou six journées de l’embouchure de l’Oxus, et l’on ne trouve point de villes dans cet intervalle ; de vastes déserts l’environnent, et le climat est très-froid. Après plusieurs révolutions ces provinces sont tombées sous la domination des Usbrks, et font présentement partie de leurs États. D’Herbelot. Aboulféda.