Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 2e série, tome 57.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


KELATtON

io8

du Tolhus, tant parce qu’il faisoit sa marche à couvert depuis Emerich jusque là que parce que plus il eût descendu vers Arnheim., plus eût-elle été longue difficile, et à la vue des ennemis. Quoique les apparences fussent que le poste étoit quitté, à ne le vouloit point croire, surtout parce.qu’ayant fait monter au clecher de Zevenaer, je l’avois assuré que les troupes étoient bien retirées du dernier camp mais qu’on découvroit de petits partis qui rouloient sans cesse dans le derrière du pays, tout du long de la rivière de sorte qu’il ordonna sa batterie, et fit sa disposition tout de même que si l’armée entière des ennemis avoit été devant lui. Il me renvoya pour la poster, parce qu’il attendoit le Roi à souper. Sa Majesté ayant disposé de toutes choses, voici quelle en fut la disposition

Saint-Abre commandoit l’infanterie, Monime et Louvigny chacun cinq cents mousquetaires détachés pour être à la tête de tout, et le reste des bataillons fut dispersé pour border la rivière. Suivant l’ordre de bataille, Foucautt, avec l’aile droite, les dragons et deux régimens d’infanterie, s’étendoit du côté d’Arnbeim et comme je devois avoir l’avant-garde, j’avois doublé avec l’aile gauche, derrière l’infanterie, à l’endroit où l’on devoit faire Je pont aussi bien ne pouvois-je m’étendre sur la gauche sans m’exposer sous le feu de la tour, où y avoit des mousquetaires, trois pièces de fonte, et quelques arquebuses à crocs. Le Roi étoit à deux cents pas de la batterie, assez proche de la rivière, et avoit envoyé M. le prince vers la droite pour tâcher d’y faire passer la cavalerie. Son Altesse l’avoit fait tenter mais les dragons qui en avoient eu ta commission, étonnés de la rapidité de l’eau, et du feu de quelques mousquetaires qui étoient de delà, avoient bientôt rebroussé chemin.)t vint donc rendre compte au Roi de l’impossibilité de la chose ; sur quoi Sa Majesté ajouta qu on l’assuroit qu’il y avoit un passage encore à la gauche, du côté du Tolhus. M le prince répondit qu’il à t’avoit bien oui dire, mais que c’étoit sous le pied de cette grosse tour qui tiroit contre notre batterie, et qu’il ne croyôit pas que ce fût un passage à choisir. JI me parut qu’il étoit fatigué de voir qu’on faisoit au Roi des propositions qu’il nejugeoitpas exécutables, et que, n’ayant aucun des matériaux dont on lui avoit répondu pour faire