Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 2e série, tome 57.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DU MARÉCHAL DE GRAMONT. [t6~]

9~

neurs, de gloire et de distinction de la part de son maître et tout lui auroit réussi, si pendant l’hiver il eût su profiter de la bonne volonté du Roi, et de l’affection que Sa Majesté avoit pour lui et s’il eût été docile et courtisan comme il convenoit de l’être, il est certain qu’il se fût trouvé bientôt après à la tête des affaires, et un des premiers hommes de l’État car l’on peut dire sans flatterie que personne n’avoit de plus grandes qualités, et que du surplus de l’excellent qui étoit en lui l’on en eût composé deux sujets parfaits. Mais il avoit trouvé le secret dejgâter tout cela par une présomption qui n’étoit ni permise, ni dans sa place ; car à vouloit maîtriser toujours, et décider souverainement de tout, lorsqu’il convenoit uniquement d’écouter et d’être souple ce qui lui attira une envie générale, et enfin une sorte d’éloignement de la part du Roi, qui lui tourna la tête, et ensuite lui donna la mort, car il ne put tenir à nombre de dégoûts réitérés. Il mourut à Creutznach (i) près de Mayence, entre mes bras, la campagne suivante [1673] (2).

16~] L’année d’après, les Espagnols s’étant déclarés pour les Hollandais, te Roi marcha au mois d’avril en Franche-Comté, et en fit la conquête en trois semaines ; car quand il se mettoit en œuvre, et qu’il alloit à la guerre, il ne se contentoit pas de médiecrité, et rien ne résistoit à la force de ses armes, à son courage, et à la justesse de ses entreprises. Le jour que le Roi fit investir Dôle, il m’envoya (t).-<4 Creutznach : Dans le palatinat du Rhin. (t) Le comte de Gniche, fils a !ne du maréchal de Gramont, mourut)e 39 novembre t6y3, à t’âge de trente-six ans.