Page:Petrović-Njegoš - Les Lauriers de la montagne, trad. Veković, 1917.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de kilos de froment cuit mélangé avec des graines de grenade, bien arrosé de vin et de miel. Le peuple s’étonne de ce manège et se réunit autour de lui, pour voir ce qu’il va faire. Les jeunes gens installent le froment au milieu de la grande aire, et l’igoumane commence à parler.)


IGOUMANE STÉFAN


Écoute, peuple, enlevez tous vos chapeaux,
je veux dire des prières pour les âmes
des héros de notre peuple.
Aujourd’hui cela leur sera plus agréable,
depuis Kossovo elles n’ont pas été plus joyeuses.


(Tous enlèvent les chapeaux et rient.)


IGOUMANE STÉFAN


Aie pitié, Seigneur, des serviteurs fidèles,
des régnants, mais tes esclaves tout de même :
le jeune Douchan invincible,
Obilitch, Kastriote Georges,
Zrinovitch, Ivan, Milan,
Strahinitch, Rélia ailé,
Tzrnoyévitch Ivo et Ouroch,
Tzmilianitch, voïvode Momtchil,
Yankovitch, les neuf Yougovitch,
et Novak à cause de son attaque,
et tous nos autres héros !